Vacances dans le Mercantour
 

 

Ajouté le

Lundi, septembre 24th, 2012

Catégorie

Blog, Favorites, Mammifères, Non classé

Vacances dans le Mercantour

Cet été nous sommes allés baguenauder dans le parc national du Mercantour, un endroit que je n’avais jamais visité.

J’avais glané de solides renseignements sur les zones de présence des bouquetins avant de partir mais la météo contrariante ne nous a pas permis de toutes les explorer. Qu’à cela ne tienne il faudra y retourner et ce sera avec grand plaisir !

En effet les différentes vallées qui forment le territoire du parc m’ont beaucoup plus et j’ai trouvé sur place les animaux assez peu farouches.

 

A tout seigneur tout honneur, notre première balade nous a permis de rencontrer notre premier ibex. Ce ne fut pas sans mal puisque c’est dans l’après midi et lors de la redescente, pendant une pause que j’ai découvert ce mâle dans un pierrier.

Nous avions pourtant jumelés soigneusement tous les endroits susceptibles d’accueillir des bouquetins pendant la matinée entière !

Le terrain était formé d’éboulis stabilisés et d’autres plus branlants, j’ai préféré faire un grand détour pour monter vers le mâle qui ruminait au soleil.

Une approche toute en douceur m’amèneras assez près de la bête, malheureusement je n’ai pas fait assez de bruit pour le réveiller de sa sieste !

 

img_9343

 

Un peu plus loin un chamois semble prendre la pose sur son rocher

 

img_9337

 

Mon approche prudente n’a toujours pas réveillé la bête :

 

img_9347

 

img_9353

 

img_9357

 

Du coup ce n’est pas terrible pour faire des photos, je vais attendre un réveil !

 

Ah un petit coup d’œil !

 

img_9367

 

Coucou !

 

img_9375

 

Je me déplace un peu pour varier les angles mais le pépère n’a pas envie de se réveiller en plein !

 

img_9399

 

Finalement il va se lever, d’un effort surbouquetin !

 

img_9419

 

C’est bien un mâle !

 

img_9427

 

Grattouillage délicat du tour de l’œil :

 

img_9436

 

Puis il se recouche de l’autre côté.

 

img_9437

 

Au moins je suis certain de ne pas l’avoir dérangé !

 

Autre jour, autre randonnée et surtout autre météo ; nous voici dans une vallée en chemin vers un lac que nous atteindrons dans la neige, dans une tempête de vent féroce à plus de 2000 mètres. Un superbe moment, inattendu quand même tout début septembre.

En montant j’avais repéré un cabri chamois et sa mère se protégeant du vent dans les rochers au dessus d’un ruisseau.

 

img_9598

 

img_9632

 

Ils sont encore là lors de notre descente et les conditions de lumière sont un peu meilleures.

 

img_9663

 

img_9682

 

img_9694

 

La mère est tout de même à la limite de la politesse !

 

img_9738

 

C’est en passant par l’Italie que nous atteindrons une autre vallée, le chemin à partir de la France étant bien plus long.

Lors de la montée nous croiserons le chemin de ce jeune mâle dans les pierriers, il se tient à l’ombre lui, pas si bête !

 

img_0055

 

Les traces abondent, chamois ou bouquetin pas toujours facile de décider

 

img_0066

 

Je vois de loin les bouquetins se profiler sur une crête, pas de surprise à cette période ils sont au plus haut dans la montagne sur la crête frontière passant d’un pays à l’autre sans souci

 

img_0089

 

Je monte donc les retrouver, la dernière partie est assez ardue, le rocher friable et la pente importante. Je trouve quand même un bon coin bien protégé par un petit belvédère naturel.

 

img_0096

 

Un gros mâle rempli mon objectif tout d’un coup, il est assez proche pour que je sente bien son odeur, focale 180 mm pour qu’il « rentre » dans le cadre

 

img_0101

 

img_0107

 

Il est vraiment beau, un des plus gros que j’ai vu et il prendra sans doute encore du poids avant l’automne.

 

img_0115

 

img_0118

 

Il y a plusieurs gros mâles ensemble sur ce coin de rochers, je ne les vois pas tous car je ne veux pas monter plus haut ça ne serait pas très prudent.

 

img_0125

 

Un jeune mâle les accompagne

 

img_0156

 

On voit bien sur cette image comment les cornes sont usées contre les rochers

 

img_0167

 

Je redescends péniblement de mon perchoir pour aller casser la croûte plus bas, le rocher se délite et la pente est vraiment raide.

 

Plus bas nous ferons la connaissance de « Rosie » une étagne savoyarde d’origine de 17 printemps déplacée ici depuis sa Maurienne natale. Elle est équipée d’un collier de suivi radio et d’une boucle d’oreille rose à gauche.

 

img_0198

 

Il y a aussi un tout jeune cabri qui fait le fou autour de sa mère, ils sont loin les images sont plus documentaires qu’artistiques mais j’enverrais quand même quelques clichés au garde moniteur chargé du suivi des populations.

 

Les aigles et les vautours nous ont survolés à de multiples reprises mais pas de trace du seul couple de gypaète des Alpes du sud, il faudra décidemment revenir !

 

Eric Breyton

 

Leave a Comment